Médicaments et hypertension

Sommaire

Avoir de l'hypertension signifie avoir une pression artérielle trop élevée. Cette maladie, dont la prévalence est élevée, augmente de façon significative les risques d'accidents cardiovasculaires. Son traitement repose à la fois sur des mesures non médicamenteuses et sur des médicaments anti-hypertenseurs.

Médicaments et hypertension : un vaste choix

En 2009, plus de 80 médicaments et 35 combinaisons d'antihypertenseurs étaient disponibles sur le marché. Autant dire que le choix est vaste…

Ces médicaments appartiennent à 5 classes différentes. Il n'y a pas de recommandation permettant de privilégier une classe d'antihypertenseur plutôt qu'une autre.

Le choix du traitement dépend donc des indications de certaines classes dans des situations cliniques particulières (personne âgée, obèse, diabétique…), de la tolérance et des effets secondaires.

Les diurétiques sont les médicaments les plus fréquemment utilisés pour le traitement de l'hypertension artérielle (HTA).

Classes Quand les prendre ? Effets secondaires possibles Conseils pour limiter les effets secondaires
Diurétiques Le matin de préférence*. Hypotension orthostatique, déshydratation, etc. Bien s'hydrater et éviter le régime sans sel.
IEC (inhibiteurs de l'enzyme de conversion) Une à 3 prises par jour. Toux. Avertir le médecin.
Inhibiteurs calciques Une à 3 prises par jour Rétention d'eau dans les jambes, maux de tête, etc. Ne pas boire de jus de pamplemousse.
Bêta-bloquants Le matin de préférence. Fatigue, dysfonction érectile, troubles du sommeil, etc. Augmentation progressive des doses.
Antagonistes du récepteur de l'angiotensine II (ARA-II) ou sartans Une prise par jour. Hypotension. Débuter à faible dose.

Bon à savoir : les femmes prenant des inhibiteurs calciques pendant plus de 10 ans présentent 2,5 fois plus de chances d’avoir un cancer du sein que celles qui n'en prennent pas ou qui prennent d’autres anti-hypertenseurs. Quant aux ARA-II, ils augmentent de 25 % les risques de cancer du poumon. Pris pendant des années, les traitements peuvent entraîner de graves problèmes de santé, parmi lesquels un diabète, des troubles rénaux ou une DMLA.

Médicaments et hypertension : stratégie de traitement

Chez la plupart des hypertendus, plus d'un médicament est nécessaire pour faire baisser la tension.

Les nouvelles recommandations (2023) conseillent de débuter le traitement directement par une bithérapie, c'est-à-dire en combinant deux molécules (association de deux antihypertenseurs). Les médicaments employés comportent un inhibiteur du système rénine-angiotensine (ISRA), un inhibiteur calcique ou un diurétique.

Après 4 semaines de traitement initial, une adaptation du traitement est recommandée.

À noter : les deux tiers des hypertendus voient leur hypertension contrôlée sous bithérapie.

Toutefois, certains patients ont besoin d'une trithérapie (un ISRA, un inhibiteur calcique et un diurétique), voire une quadrithérapie pour normaliser leur tension artérielle. Les doses sont progressivement augmentées jusqu’au contrôle optimal de l’HTA. Il doit être atteint dans les trois mois qui suivent le diagnostic.

Heureusement, il existe des associations fixes, c'est-à-dire des comprimés qui contiennent déjà 2 ou 3 antihypertenseurs. Cela permet de ne pas avoir à prendre trop de comprimés différents par jour, même sous quadrithérapie. La première association fixe de 3 antihypertenseurs est Exforge HCT®.

Bon à savoir : il existe toutefois des HTA réfractaires (5 % des cas), c'est-à-dire des hypertensions non contrôlées en dépit de l’association de trois antihypertenseurs ou par la nécessité d’un traitement encore plus lourd pour atteindre la norme. Ce type d'HTA résistantes est favorisé par divers facteurs tels qu'une glomérulonéphrite auto-immune, des microthromboses des artères rénales, une corticothérapie ou encore la présence d'un lupus érytthémateux, un hyperaldostéronisme primaire. Dans ce dernier cas, la spironolactone (traitement antagoniste non spécifique de l’aldostérone) 25 à 50 mg/jour est prescrite préférentiellement et additionnellement au traitement de base.

En pratique, toutes les combinaisons peuvent être utilisées, à l'exception de l'association IEC et ARA-II (sartans), qui peut aggraver les effets secondaires.

Les associations suivantes sont les plus prescrites :

  • diurétique thiazidique et IEC (ou ARA-II, ou inhibiteur calcique) ;
  • inhibiteur calcique et IEC (ou ARA-II).

Des précautions doivent néanmoins être prises en ce qui concerne les diurétiques thiazidiques, car des études danoises récentes relèvent un potentiel un risque accru de cancer de la peau ou des lèvres de type carcinome basocellulaire et carcinome épidermoïde chez les patients exposés pendant de nombreuses années à des doses élevées d’hydrochlorothiazide.

Attention également aux traitements antihypertenseurs amenant à une pression trop basse (12/7) chez un patient coronarien, car on observe dans ce cas une augmentation de la mortalité (par AVC et infarctus du myocarde) et des événements cardiovasculaires (insuffisance cardiaque nécessitant une hospitalisation).

Par ailleurs, d'une façon générale, tous les traitements qui interfèrent avec la capacité corporelle à produire un flux vasculaire risquent d'entraîner des troubles de l'érection, cette dernière étant un phénomène vasculaire. De même, les hommes traités par bêtabloquants voient leurs épisodes de tachycardie réprimés et l’érection est bien souvent affectée (la fréquence cardiaque augmente pendant l’acte sexuel).

À noter : la Haute Autorité de Santé (HAS) et l'ANSM ont décidé de dérembourser l'olmésartan (un ARA-II commercialisé seul ou combiné) début 2017 puisqu'il n'a pas fait la preuve de son efficacité sur la réduction du nombre d'accidents cardiovasculaires, d'hypertension ou de décès, contrairement aux autres ARA-II. Par ailleurs, il existe de nombreuses alternatives efficaces et mieux tolérées (et remboursées) que ce médicament qui entraîne des entéropathies avec des diarrhées chroniques parfois sévères et des pertes de poids voire un excès de mortalité cardiovasculaire (source : revue Prescrire dans l’édition 2020 du « Bilan des médicaments que Prescrire conseille d'écarter pour mieux soigner »).

Médicaments et hypertension : la prise des médicaments anti-hypertension

Il est très important de prendre les médicaments tous les jours, tels que prescrits par votre médecin.

Pourtant, seuls 60 % des patients hypertendus prennent correctement leurs traitements :

  • 20 % des patients n’initient pas leur première prescription médicamenteuse ;
  • 50 % des 80 % restants ne prennent plus leurs médicaments dès la fin de la première année de traitement ;
  • de nombreux patients présentant plusieurs pathologies associées (hypercholestérolémie ou diabète par exemple) et étant amenés à consommer de nombreux médicaments finissent pas cesser de les prendre (notons qu'il existe des associations médicamenteuses comprenant 2 à 3 principes actifs en un seul comprimé et les médecins font en sorte de favoriser ce type de combinaisons) ;
  • les effets secondaires sont si importants qu'ils amènent près de 50 % des patients à vouloir cesser leur traitement ;
  • en cas d'hypertension artérielle résistante, la moitié des patients ne prennent pas correctement voire pas du tout leurs médicaments.

Or, si vous oubliez de prendre le comprimé, la tension artérielle remonte. Cela est associé à un surrisque de complications cardiovasculaires, cérébrovasculaires et rénales sur un intervalle de temps court.

Voici les conseils à suivre.

  • Bien comprendre l'importance de prendre son médicament chaque jour : les médicaments antihypertenseurs ont une courte durée d'action.
  • Prendre les médicaments à heure fixe : au moment du petit-déjeuner par exemple.
  • Ne jamais interrompre soi-même son traitement, car cela peut avoir des conséquences graves (surtout avec les bêta-bloquants).
  • Améliorer son mode de vie : manger peu de sel (<6 g/j), arrêter de fumer, faire un régime et du sport.

Médicaments et hypertension : les alternatives aux médicaments anti-hypertension

Une prise en charge non médicamenteuse complémentaire est indispensable (d'autant que ces traitements ne parviennent pas à faire baisser la tension chez 20 % des patients). Le sport et les régimes peuvent être aussi efficaces que les médicaments, surtout si l'hypertension est débutante.

Avoir une bonne hygiène de vie est essentiel, car les traitements antihypertenseur ne remédient pas à la cause du problème (le  mode de  vie) ; ils ne constituent qu'une protection partielle.

Elle comporte : les régimes, la baisse de consommation du sel (on peut le remplacer par un substitut enrichit en potassium qui a prouvé son action hypotenseur), le sport (l'activité physique fait baisser la tension au moins autant qu’un médicament), certaines plantes aux vertus anti-hypertensives, éventuellement l'homéopathie.

Ces pros peuvent vous aider