Dissection aortique

Sommaire

Une douleur intolérable et migrante dans la région thoracique ? Il peut s’agir d’une dissection aortique. Comment se définit-elle ? Quelles en sont les causes ? Et comment en venir à bout ? Le point maintenant.

Dissection aortique : de quoi s’agit-il ?

Urgence médicale

Une dissection aortique est une urgence médicale :

  • il s’agit d’une déchirure de la paroi interne de l’aorte, nommée l’« intima » ;
  • le sang pénètre sous pression entre les différents feuillets qui constituent la paroi de l’aorte ;
  • le risque est de rompre la paroi externe de l’aorte, ce qui provoquerait une hémorragie foudroyante et dans le pire des cas la mort du patient ;
  • la douleur est le signe essentiel de la dissection aortique : il s’agit d’une douleur thoracique spontanée, d’une intensité extrême, irradiant dans le dos, entre les omoplates, descendant dans la région lombaire ou dans l’abdomen ;
  • les hommes sont plus souvent atteints d’une dissection aortique que les femmes.

Bon à savoir : les trois douleurs les plus intenses dans un service d’urgence sont la dissection, la colique néphrétique et la pancréatite aiguë.

Détails sur l’aorte

Concernant l'aorte, il faut savoir que :

  • Elle part du cœur (du ventricule gauche) et alimente les artères qui iront oxygéner les différentes parties du corps : les bras, les jambes et surtout le cerveau.
  • À la sortie du cœur, elle a un débit de 5 litres par minutes.
  • Sa paroi est constituée de plusieurs feuillets. Cela lui permet de supporter une telle pression. Ces feuillets sont :
    • l’intima, la couche interne, en contact avec le sang,
    • la média, la couche intermédiaire,
    • l’adventice, la couche externe.

Dissection spontanée de l'artère coronaire

Il existe également les dissections spontanées de l'artère coronaire qui concernent cette fois non plus l'aorte, mais les artères coronaires qui alimentent le cœur en sang. Ces dissections coronaires ont pour particularité de toucher majoritairement des femmes jeunes ne présentant pas les facteurs de risque cardiovasculaire classiques.

À noter qu'un premier facteur de risque génétique vient d'être identifié dans cette pathologie et il confère un risque accru de près de 70 % de développer cette forme atypique d'infarctus du myocarde.

Source : D. Adlam et coll. Association of the PHACTR1/EDN1 genetic locuslocusPortion de génome, situé sur un emplacement précis d'un chromosome. with spontaneous coronary artery dissection. Journal of the American College of Cardiology. DOI: 10.1016/j.jacc.2018.09.085.

Facteurs de risques de la dissection aortique

Il existe plusieurs facteurs capables d’entraîner une dissection aortique. Citons notamment :  

  • l’hypertension artérielle ;
  • les syndromes de Marfan et d'Ehlers-Danlos : des maladies génétiques liées à une anomalie du tissu élastiques ;
  • l’athérosclérose, une dégénérescence fibreuse des artères, celles-ci devenant moins élastiques et plus rigides ;
  • les traumatismes thoraciques ;
  • les anomalies congénitales ;
  • une grossesse.

Dissection aortique : sa prise en charge

La dissection aortique doit être prise en charge le plus rapidement possible, afin d’éviter la rupture de la paroi de l’aorte. Si la prise en charge n’est pas rapide, la dissection aortique peut devenir rapidement mortelle.

Le traitement consiste à abaisser la tension artérielle. Il est aussi possible qu’il faille opérer. Dans ce cas, le but est de retirer la partie abîmée de l’aorte, mais aussi d’obstruer l’entrée de la dissection et de réparer la partie de l’aorte concernée.

Remarque : il est possible d’avoir à remplacer la valve aortique, qui sépare le ventricule gauche du ventricule droit. La technique du remplacement valvulaire aortique transcathéter (TAVI), habituellement réservée aux patients à haut risque de mortalité chirurgicale, se révèle également très bénéfique chez les patients à faible risque.

Il existe des complications à la dissection aortique. Citons notamment un accident vasculaire cérébral, une paraplégie si la moelle épinière n’est pas suffisamment irriguée, ou encore une dégénérescence du tissu nerveux, si le cerveau a marqué d’irrigation.  

Pour en savoir plus :

  • L’anévrisme est une dilatation d'une partie d'un vaisseau sanguin, le plus souvent d'une artère. Le saviez-vous ?
  • L’hypertension artérielle, c’est une pression artérielle trop élevée. Elle augmente fortement les risques d’accident cardiovasculaire.
  • Quels traitements naturels pour lutter contre l’hypertension ? On vous dit tout !

Ces pros peuvent vous aider